Il s’en passe des choses entre la France et l’Amérique Latine !



Le Mexique au Grand Palais

Diego Rivera, Frida Kahlo, José Clemente Orozco sont au programme de cette exposition qui retrace la riche période qui va de 1900 à 1950. C’est, selon les organisateurs, la plus grande manifestation consacrée à l’art mexicain depuis 1953. À voir du 5 Octobre au 23 Janvier 2017.

28 septembre 2016

Divisée en quatre parties, l’expo Mexique 1900 - 1950 propose en 202 oeuvres un vaste panorama de la modernité mexicaine depuis les prémices de la Révolution jusqu’au milieu du XXe siècle. Complétée par des interventions ponctuelles d’artistes contemporains, la manifestation se propose de mettre en évidence que la création mexicaine de cette période « présente le paradoxe d’être étroitement connecté aux avant-gardes internationales, tout en présentant une incroyable singularité, une étrangeté même, et une puissance qui défient notre regard européen ». [1]

Tina Modotti - Guitare...

Dans la première partie , on découvre comment cette modernité puise son inspiration dans l’imaginaire collectif et les traditions du XIXe siècle. La deuxième s’attache à montrer la création artistique des années qui ont suivi la Révolution par le biais de deux de ses principales expressions, le graphisme et le muralisme et quelques unes de ses principales figures : Diego Rivera, David Alfaro Siqueiros, José Clemente Orozco. Un élan très masculin qui a encouragé le femmes à occuper, elles aussi, leur place sur la scène artistique. Frida Kahlo et d’autres figures aussi singulières que Nahui Olin, Rosa Rolanda ou les photographes Tina Modotti et Lola Álvarez Bravo.

La Rencontre de deux mondes

Francisco Eppens - Constructeurs

Comme bien souvent, aux périodes « chargées » comme celle de la Révolution, succèdent des périodes où abondent les artistes et les oeuvres qui se veulent des alternatives aux discours trop« idéologiques » de l’époque. C’est l’objet de la troisième partie de l’expo. Quant à la quatrième, intitulée Rencontre de deux mondes : Hybridation, elle montre l’influence sur les mouvements d’avant-garde des États-Unis, de la présence d’artistes mexicains depuis le début du XXe siècle et comment, inversement, la notoriété acquise par les artistes mexicains a poussé de nombreux artistes étrangers à délocaliser leur activité au Mexique.

Outre l’exposition dont le commissaire est l’ex-directeur du Museo Nacional de Arte de México (MUNAL), Agustín Arteaga Domínguez, la manifestation propose une série d’activités incluant des conférences, des lectures, des concerts, des films et des documentaires.


- Voir la "bande annonce" de l’expo


[1Extrait du communiqué de presse.


Commentaires...





Suivre la vie du site RSS en espagnol | Suivre la vie du site RSS en français
Crédits | CopyLeft | Plan du site | Contact

Creative Commons License
Contrat Creative Commons.
Thumbshots